Saint-Louis

Saint-Louis Sénégal

Saint-Louis 

Saint-Louis, Ndar en wolof, est l'une des plus grandes villes du Sénégal et, historiquement, l'une des plus importantes, située à 264 km au nord de Dakar. Le passé glorieux de Saint-Louis resurgit aux détours de ses rues. Son patrimoine architectural et culturel est tel que Saint-Louis du Sénégal est classée depuis l’an 2000 au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Le célèbre pont Faidherbe qui la relie au continent date de 1865. Saint Louis bénéficie aussi d’un environnement naturel exceptionnel. A moins d’une heure du centre ville, se trouvent deux parcs naturels classés au patrimoine mondial par l’Unesco : le Parc aux oiseaux du Djoudj et le Parc de la Langue de Barbarie au bord de l’océan.

Saint-Louis est devenue une destination touristique à part entière au Sénégal. Située à l’extrémité nord du littoral sénégalais, c’est la ville la plus fraîche du pays, un climat presque idéal. Les Saint-louisiens sont, comme les sénégalais, très chaleureux et très accueillant : la fameuse téranga est érigée ici en art de vivre. Enfin, Saint-Louis est le point de départ idéal pour découvrir le Nord du Sénégal, la région du fleuve ou le désert. De nombreuses excursions sont ainsi possible. En ce qui concerne l’hébergement, de nombreux hôtels et maisons d’hôtes existent sur l’île, au bord de l’océan ou au vert.

L'office du tourisme organise des visites guidées de la ville en calèche, en général très appréciées, ainsi que des excursions au Parc aux oiseaux du Djoudj. Des pirogues peuvent aussi vous amener naviguer le long de la Langue de Barbarie, où vous pourrez observer de nombreux oiseaux, tout en vous détendant au calme.

  

A voir à Saint-Louis

 

LE PONT FAIDHERBE

Le pont Faidherbe Saint-Louis Sénégal

 

Ouvrage métallique de 507m de long et de 10,50 m de large, le pont est composé de 7 travées en arche dont la deuxième à partir de l’île est conçue pour pivoter autour d’un axe fixe afin de laisser passer les navires. La chaussée centrale est bordée de deux trottoirs piétonniers. Vieux d’une centaine d’années, le pont, inauguré le 19 octobre 1897 fut rénové en 2011.

 

 

LA LANGUE DE BARBARIE

Langue de Barbarie Saint-Louis Sénégal

 

Embarquez au phare de Gandiol ou dans le village de Mouit pour une visite en pirogue du parc naturel de la langue de barbarie et de l'îlot aux oiseaux.

Le Parc National de la Langue de Barbarie est situé au sud de La Langue de Barbarie, dans le Gandiolais. Couvrant 2.000 hectares, ce parc créé en 1976, comprend l’estuaire du fleuve Sénégal, l’extrémité sableuse de la Langue de Barbarie, les marigots bordant le continent ainsi que deux îlots situés au milieu du fleuve. C’est un territoire d’un équilibre fragile et remarquable.

Dès que vous quitterez Saint-Louis, vous serez surpris par la variété des paysages et la convivialité de l’atmosphère. Avant d’embarquer, vous traverserez le marigot où les femmes amassent le sel que laisse le fleuve en s’évaporant. Animés par leurs marchés, vous découvrirez, au long du fleuve, les villages de maraîchers et de pêcheurs situés dans le périmètre du Parc.

La descente en pirogue demeure en tous cas un émerveillement. Le silence absolu à peine troublé parfois par le bruit d'un envol massif de pélican ou le glatissement d'un rapace n'égale que la beauté de la nature environnante et des petits hameaux villageois animés situés sur la rive gauche du fleuve.

Sans accoster pour ne pas déranger les nicheurs, vous reconnaîtrez avec l’aide de votre accompagnateur et du garde du Parc, les aigrettes garzettes et dimorphes, les vanneaux éperonnés, les dendrocygnes veufs, les sternes caspiennes et royales, les goélands railleurs et autres mouettes à tête grise… Alors commence l’approche du fleuve.

Protégés par le fragile cordon de sable de la Langue, vous évoluerez lentement vers les ilots aux oiseaux, croisant les pirogues revenant de leur campagne de pêche. Sites privilégiés de par leur situation géographique, ces ilots accueillent chaque année, d’avril à octobre, des milliers d’oiseaux migrateurs, le temps de la nidification.

 

 

LA RESERVE DE GEMBEUL

Réserve de Gembeul Saint-Louis Sénégal

 

Située à 15km au sud de Saint-Louis, la réserve est complémentaire au parc national de la Langue de Barbarie.

La réserve de Guembeul, d'une taille modeste de 720 hectares a une double mission. La première est d'être un sanctuaire de conservation de la faune du Sénégal. La seconde, plus originale, est d'être un lieu de reproduction surveillé pour des espèces animales qui seront ensuite introduites ou réintroduites dans d'autres parcs ou réserves du pays.

La fonction d'élevage de la réserve de Guembeul s'est particulièrement développée ces dernières années pour devenir la principale activité du parc. Plusieurs enclos de tailles différentes permettent d'acclimater les animaux introduits de l'étranger avant de les lâcher directement dans la réserve ou dans d'autres zones protégées du pays. Dès la création de la réserve ce type d'expérience a été mené, souvent en collaboration avec les parcs nationaux de pays étrangers.

Aujourd'hui dans la réserve de Guembeul  vous pourrez admirer, en liberté, semi-liberté ou en enclos, des gazelles dama et dorcas, des oryx, des tortues géantes sillonées, des phacochères, de nombreux varans, près de 200 singes rouges, des lièvres, des renards pâles, des écureuils, des chats sauvages ou des margouillats...

La très menacée tortue géante sillonnée (Geochelone Sulcata) est un reptile gigantesque qui pèse jusque 100kg, et peut vivre près d'un siècle.

Près de 200 espèces d'oiseaux fréquentent aussi la réserve de Guembeul. Sa proximité avec les parcs nationaux du Djoudj et de la Langue de Barbarie fait que la zone est très attractive pour les oiseaux d'eau. Des îlots de reproduction articificiels ont d'ailleurs été aménagés pour les migrateurs.

Nid d'ombrette dans la réserve de GuembeulLes plus impressionnants, et les plus facilement identifiables, sont évidemment les pélicans, les flamants roses ou les spatules blanches. Mais parmi les espèces les plus belles et les plus représentées on retrouve également le grand cormoran, les avocettes avec leur bec si caractéristique qui ont ici leur principal lieu de colonisation au Sénégal, les barges à queue noire, les sternes naines, les goëlands railleurs, les mouettes à tête grise, les guifettes noires ou les combattants variés.

 

Dans la brousse où l'acacia et le baobab dominent, quelques épineux et buissons de broussailles accueillent des merles métalliques, des tchagras à tête noire, des calaos, de magnifiques tisserins gendarmes (avec leurs nids en forme de grosse figue tissée si caractéristique) et des agrobates podobé ou roux.

Vous apercevrez peut-être quelques curieux gros amas de produits végétaux dans les arbres (photo à droite). Il s'agit des gigantesques nids de l'ombrette du Sénégal qui peuvent atteindre 2 mètres de diamètre.

Des rapaces tels que le balbuzard pêcheur, le milan noir africain ou le busard pâle planent également dans le ciel de la réserve au milieu du vol furtif de martinets des maisons et de martinets de palmes.

PARC NATIONAL DU DJOUDJ

Parc national du Djoudj

 

 

 

 

 

ellipse

 

 

 

Saint-Louis 

Saint-Louis, Ndar en wolof, est l'une des plus grandes villes du Sénégal et, historiquement, l'une des plus importantes, située à 264 km au nord de Dakar. Le passé glorieux de Saint-Louis resurgit aux détours de ses rues. Son patrimoine architectural et culturel est tel que Saint-Louis du Sénégal est classée depuis l’an 2000 au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Le célèbre pont Faidherbe qui la relie au continent date de 1865. Saint Louis bénéficie aussi d’un environnement naturel exceptionnel. A moins d’une heure du centre ville, se trouvent deux parcs naturels classés au patrimoine mondial par l’Unesco : le Parc aux oiseaux du Djoudj et le Parc de la Langue de Barbarie au bord de l’océan.

Saint-Louis est devenue une destination touristique à part entière au Sénégal. Située à l’extrémité nord du littoral sénégalais, c’est la ville la plus fraîche du pays, un climat presque idéal. Les Saint-louisiens sont, comme les sénégalais, très chaleureux et très accueillant : la fameuse téranga est érigée ici en art de vivre. Enfin, Saint-Louis est le point de départ idéal pour découvrir le Nord du Sénégal, la région du fleuve ou le désert. De nombreuses excursions sont ainsi possible. En ce qui concerne l’hébergement, de nombreux hôtels et maisons d’hôtes existent sur l’île, au bord de l’océan ou au vert.

L'office du tourisme organise des visites guidées de la ville en calèche, en général très appréciées, ainsi que des excursions au Parc aux oiseaux du Djoudj. Des pirogues peuvent aussi vous amener naviguer le long de la Langue de Barbarie, où vous pourrez observer de nombreux oiseaux, tout en vous détendant au calme.

  

A voir à Saint-Louis

 

LE PONT FAIDHERBE

Le pont Faidherbe Saint-Louis Sénégal

 

Ouvrage métallique de 507m de long et de 10,50 m de large, le pont est composé de 7 travées en arche dont la deuxième à partir de l’île est conçue pour pivoter autour d’un axe fixe afin de laisser passer les navires. La chaussée centrale est bordée de deux trottoirs piétonniers. Vieux d’une centaine d’années, le pont, inauguré le 19 octobre 1897 fut rénové en 2011.

 

 

LA LANGUE DE BARBARIE

Langue de Barbarie Saint-Louis Sénégal

 

Embarquez au phare de Gandiol ou dans le village de Mouit pour une visite en pirogue du parc naturel de la langue de barbarie et de l'îlot aux oiseaux.

Le Parc National de la Langue de Barbarie est situé au sud de La Langue de Barbarie, dans le Gandiolais. Couvrant 2.000 hectares, ce parc créé en 1976, comprend l’estuaire du fleuve Sénégal, l’extrémité sableuse de la Langue de Barbarie, les marigots bordant le continent ainsi que deux îlots situés au milieu du fleuve. C’est un territoire d’un équilibre fragile et remarquable.

Dès que vous quitterez Saint-Louis, vous serez surpris par la variété des paysages et la convivialité de l’atmosphère. Avant d’embarquer, vous traverserez le marigot où les femmes amassent le sel que laisse le fleuve en s’évaporant. Animés par leurs marchés, vous découvrirez, au long du fleuve, les villages de maraîchers et de pêcheurs situés dans le périmètre du Parc.

La descente en pirogue demeure en tous cas un émerveillement. Le silence absolu à peine troublé parfois par le bruit d'un envol massif de pélican ou le glatissement d'un rapace n'égale que la beauté de la nature environnante et des petits hameaux villageois animés situés sur la rive gauche du fleuve.

Sans accoster pour ne pas déranger les nicheurs, vous reconnaîtrez avec l’aide de votre accompagnateur et du garde du Parc, les aigrettes garzettes et dimorphes, les vanneaux éperonnés, les dendrocygnes veufs, les sternes caspiennes et royales, les goélands railleurs et autres mouettes à tête grise… Alors commence l’approche du fleuve.

Protégés par le fragile cordon de sable de la Langue, vous évoluerez lentement vers les ilots aux oiseaux, croisant les pirogues revenant de leur campagne de pêche. Sites privilégiés de par leur situation géographique, ces ilots accueillent chaque année, d’avril à octobre, des milliers d’oiseaux migrateurs, le temps de la nidification.

 

 

LA RESERVE DE GEMBEUL

Réserve de Gembeul Saint-Louis Sénégal

 

Située à 15km au sud de Saint-Louis, la réserve est complémentaire au parc national de la Langue de Barbarie.

La réserve de Guembeul, d'une taille modeste de 720 hectares a une double mission. La première est d'être un sanctuaire de conservation de la faune du Sénégal. La seconde, plus originale, est d'être un lieu de reproduction surveillé pour des espèces animales qui seront ensuite introduites ou réintroduites dans d'autres parcs ou réserves du pays.

La fonction d'élevage de la réserve de Guembeul s'est particulièrement développée ces dernières années pour devenir la principale activité du parc. Plusieurs enclos de tailles différentes permettent d'acclimater les animaux introduits de l'étranger avant de les lâcher directement dans la réserve ou dans d'autres zones protégées du pays. Dès la création de la réserve ce type d'expérience a été mené, souvent en collaboration avec les parcs nationaux de pays étrangers.

Aujourd'hui dans la réserve de Guembeul  vous pourrez admirer, en liberté, semi-liberté ou en enclos, des gazelles dama et dorcas, des oryx, des tortues géantes sillonées, des phacochères, de nombreux varans, près de 200 singes rouges, des lièvres, des renards pâles, des écureuils, des chats sauvages ou des margouillats...

La très menacée tortue géante sillonnée (Geochelone Sulcata) est un reptile gigantesque qui pèse jusque 100kg, et peut vivre près d'un siècle.

Près de 200 espèces d'oiseaux fréquentent aussi la réserve de Guembeul. Sa proximité avec les parcs nationaux du Djoudj et de la Langue de Barbarie fait que la zone est très attractive pour les oiseaux d'eau. Des îlots de reproduction articificiels ont d'ailleurs été aménagés pour les migrateurs.

Nid d'ombrette dans la réserve de GuembeulLes plus impressionnants, et les plus facilement identifiables, sont évidemment les pélicans, les flamants roses ou les spatules blanches. Mais parmi les espèces les plus belles et les plus représentées on retrouve également le grand cormoran, les avocettes avec leur bec si caractéristique qui ont ici leur principal lieu de colonisation au Sénégal, les barges à queue noire, les sternes naines, les goëlands railleurs, les mouettes à tête grise, les guifettes noires ou les combattants variés.

 

Dans la brousse où l'acacia et le baobab dominent, quelques épineux et buissons de broussailles accueillent des merles métalliques, des tchagras à tête noire, des calaos, de magnifiques tisserins gendarmes (avec leurs nids en forme de grosse figue tissée si caractéristique) et des agrobates podobé ou roux.

Vous apercevrez peut-être quelques curieux gros amas de produits végétaux dans les arbres (photo à droite). Il s'agit des gigantesques nids de l'ombrette du Sénégal qui peuvent atteindre 2 mètres de diamètre.

Des rapaces tels que le balbuzard pêcheur, le milan noir africain ou le busard pâle planent également dans le ciel de la réserve au milieu du vol furtif de martinets des maisons et de martinets de palmes.

PARC NATIONAL DU DJOUDJ

Parc national du Djoudj

 

 

 

 

 

ellipse

 

 

Partager :