Le Mont Kenya

Arrow
Arrow
Slider

 

Le Mont Kenya

 

Culminant à 5.199 m, le Mont Kenya, un volcan éteint,  est le deuxième plus haut sommet d’Afrique. Il reste une douzaine de glaciers sur la montagne, tous en retrait rapide. Avec ses sommets rugueux, couronnés de glaciers, et ses pentes moyennes boisées, le Mont Kenya est un des paysages les plus impressionnants de l’Afrique de l’Est. Le deuxième massif d’Afrique, peu fréquenté par rapport au Kilimandjaro voisin, ravit les trekkeurs en quête de cimes désertes.

Les flancs du Mont Kenya constituent un parc national du même nom inscrit depuis 1997 au Patrimoine mondial de l’Unesco,  et sont parcourus d’un épais couvert végétal, sans cesse variable à mesure que l’on gagne en altitude.

Ainsi, la visite du Mont Kenya ne se limite pas seulement à l’ascension de ses sommets enneigés. Le parc offre une multitude d’activités à ses visiteurs : randonnée facile de quelques heures pour découvrir une flore et une faune exceptionnelle.

A partir de 2 000 mètres, se trouve une forêt dense équatoriale : les espèces y sont présentes en nombre, parmi lesquels les cèdres, les eucalyptus, les oliviers, les fougères, les lianes, les bambous géants… un étonnant mélange qui ferait presque oublier que l’on se trouve en Afrique.

Mais les animaux sont là pour nous le rappeler : la forêt abrite un important gibier, de nombreux herbivores, buffles et éléphants, et même quelques félins comme le lion et le léopard… il faut un œil aguerri pour les distinguer de cet épais massif forestier.

Sa faune, sa flore, les forêts, les lacs, ainsi que l’atmosphère de haute montagne font de l’ascension du mont Kenya un voyage très particulier,  où l’on est très loin de l’image du tourisme de masse souvent accolée au pays.

Le trek

La première étape du trek, d’une durée de trois heures, traverse justement une forêt pluvieuse débouchant sur le refuge Old Moses et fait passer de 2 600 à 3 300 m d’altitude. Le long de la piste en latérite, on aperçoit empreintes et bouses d’éléphants, colobes et oiseaux colorés, comme le superbe souimanga. Des lichens en cheveux de sorcières tombent des feuillages, les fougères s’épanouissent. L’effort est modéré mais les premiers effets de l’altitude imposent un rythme lent.

Après une nuit dans un refuge, rustique mais confortable, il suffit de quelques pas dans la fraîcheur du matin pour apercevoir une dent minérale, grise et raide, émerger à l’horizon. Le mont Kenya est un ancien massif volcanique circulaire d’environ 60 km de diamètre, aux pics pyramidaux et aux crêtes découpées. De chaque point cardinal, des vallées s’enfoncent vers les sommets.

Cette pyramide de lave noire est coiffée à son sommet d’une impressionnante calotte glacière équatoriale. Le lever du soleil est un moment magnifique qui offre une vue splendide sur ses trois sommets : le Batian (5 199 m), le Nelion (5 188 m) et le Lenala (4 985 m).

L’ascension de la pointe Lenana ne présente aucune difficulté technique particulière. Elle exige cependant une certaine endurance et une bonne condition physique qu'il convient d'affiner avant votre départ. La plus grosse difficulté est l’altitude, il faudra marcher lentement et régulièrement, ainsi vous doublerez ainsi vos chances d’atteindre le sommet.

Mont Kenya et Kilimandjaro

Réunis en un seul trek, le mont Kenya et Kilimandjaro sont les deux géants de l’Afrique, dominant la vallée du Grand Rift. L’ascension progressive de la pointe Lenana, au Kenya, permet de s’acclimater avant la conquête du mythique Kilimandjaro, presque 1 000 mètres plus haut.

 

 

 

ellipse

 

Le Mont Kenya

 

Culminant à 5.199 m, le Mont Kenya, un volcan éteint,  est le deuxième plus haut sommet d’Afrique. Il reste une douzaine de glaciers sur la montagne, tous en retrait rapide. Avec ses sommets rugueux, couronnés de glaciers, et ses pentes moyennes boisées, le Mont Kenya est un des paysages les plus impressionnants de l’Afrique de l’Est. Le deuxième massif d’Afrique, peu fréquenté par rapport au Kilimandjaro voisin, ravit les trekkeurs en quête de cimes désertes.

Les flancs du Mont Kenya constituent un parc national du même nom inscrit depuis 1997 au Patrimoine mondial de l’Unesco,  et sont parcourus d’un épais couvert végétal, sans cesse variable à mesure que l’on gagne en altitude.

Ainsi, la visite du Mont Kenya ne se limite pas seulement à l’ascension de ses sommets enneigés. Le parc offre une multitude d’activités à ses visiteurs : randonnée facile de quelques heures pour découvrir une flore et une faune exceptionnelle.

A partir de 2 000 mètres, se trouve une forêt dense équatoriale : les espèces y sont présentes en nombre, parmi lesquels les cèdres, les eucalyptus, les oliviers, les fougères, les lianes, les bambous géants… un étonnant mélange qui ferait presque oublier que l’on se trouve en Afrique.

Mais les animaux sont là pour nous le rappeler : la forêt abrite un important gibier, de nombreux herbivores, buffles et éléphants, et même quelques félins comme le lion et le léopard… il faut un œil aguerri pour les distinguer de cet épais massif forestier.

Sa faune, sa flore, les forêts, les lacs, ainsi que l’atmosphère de haute montagne font de l’ascension du mont Kenya un voyage très particulier,  où l’on est très loin de l’image du tourisme de masse souvent accolée au pays.

Le trek

La première étape du trek, d’une durée de trois heures, traverse justement une forêt pluvieuse débouchant sur le refuge Old Moses et fait passer de 2 600 à 3 300 m d’altitude. Le long de la piste en latérite, on aperçoit empreintes et bouses d’éléphants, colobes et oiseaux colorés, comme le superbe souimanga. Des lichens en cheveux de sorcières tombent des feuillages, les fougères s’épanouissent. L’effort est modéré mais les premiers effets de l’altitude imposent un rythme lent.

Après une nuit dans un refuge, rustique mais confortable, il suffit de quelques pas dans la fraîcheur du matin pour apercevoir une dent minérale, grise et raide, émerger à l’horizon. Le mont Kenya est un ancien massif volcanique circulaire d’environ 60 km de diamètre, aux pics pyramidaux et aux crêtes découpées. De chaque point cardinal, des vallées s’enfoncent vers les sommets.

Cette pyramide de lave noire est coiffée à son sommet d’une impressionnante calotte glacière équatoriale. Le lever du soleil est un moment magnifique qui offre une vue splendide sur ses trois sommets : le Batian (5 199 m), le Nelion (5 188 m) et le Lenala (4 985 m).

L’ascension de la pointe Lenana ne présente aucune difficulté technique particulière. Elle exige cependant une certaine endurance et une bonne condition physique qu'il convient d'affiner avant votre départ. La plus grosse difficulté est l’altitude, il faudra marcher lentement et régulièrement, ainsi vous doublerez ainsi vos chances d’atteindre le sommet.

Mont Kenya et Kilimandjaro

Réunis en un seul trek, le mont Kenya et Kilimandjaro sont les deux géants de l’Afrique, dominant la vallée du Grand Rift. L’ascension progressive de la pointe Lenana, au Kenya, permet de s’acclimater avant la conquête du mythique Kilimandjaro, presque 1 000 mètres plus haut.

 

 

 

ellipse

Partager :