Le Parc National des Monts Matobo

Le Parc National des Monts Matobo

Situé au sud est du Zimbabwe, à proximité de la ville de Bulawayo, le parc national des Monts Matobo a été créé en 1953 afin de préserver une nature particulière et la culture des San. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2003, le parc, d’une superficie de 4 000 km², comprend une réserve naturelle où l'on peut effectuer des safaris, ainsi que le lieu dit View of the World où est enterré Cecil Rhodes, fondateur de la Rhodésie, l’actuel Zimbabwe.

Le paysage du Matobo est spectaculaire : il se compose d’énormes amoncellements de blocs de granit aux teintes rouge-brun. On appelle ces pierres balancing stones parce qu’elles sont empilées de manière tellement invraisemblable qu’elles donnent l’impression de se balancer ou de vaciller.

De tous les panoramas qu'offrent les différents parcs du Zimbabwe, ceux du Matobo National Park sont sans conteste les plus impressionnants. Paysages sculptés depuis des millions d'années par le travail conjugué du vent, des précipitations et de la chaleur, une immense masse de grès s'est peu à peu transformée en un curieux empilement d'énormes roches, tenant en équilibre comme par magie et traversé de plaines herbeuses. Des peintures rupestres attestent de la présence des Sans (Bochimans) depuis 40 000 ans. Les monts Matobo sont toujours utilisés comme lieux sacrés par la communauté locale pour réaliser leurs activités économiques, sociales et traditionnelles.

En Ndebele, langue locale, le nom de Matobo veut dire tête chauve, de la forme granitique de roches amoncelées qui caractérise les collines de cette région du Zimbabwe. Formées il y a des millions d’années par l’érosion, elles s’étendent à perte de vue et offrent d’infinies possibilités de randonnées.

La réserve de Whovi Wild Aera

Une partie des monts Matobo est dédié au Parc naturel des Monts maboto, d’une superficie de 44 500 hectares, lieu parfait pour réaliser des safaris. Le parc compte une forte population de rhinocéros blancs et noirs, ainsi qu’une faune diversifiée : zèbre, gnou, koudou, girafe, antilope sable, oréotrague, hyène, guépard, hippopotame, léopard, antilope duiker, crocodile, waterbuck, babouin et singe grivet, mais aussi 300 espèces d'oiseaux, dont le très rare hibou-aigle du Cap, l'aigle faucon ou l'aigle noir de Verreaux. C’est surtout pour observer les rhinocéros de près que l’on y vient. On peut en effet les pister à pied, accompagné d’un ranger. L’expérience est vraiment spectaculaire car, grâce à l’expérience du guide, vous pourrez approcher les rhinos à moins de 15m. Certains ont eu leurs cornes coupées afin de les préserver des braconniers mais leur approche reste spectaculaire.

Les peintures des San

Le parc protège de nombreuses grottes et roches décorées de peintures. Ces 3000 dessins d’une grande finesse d’exécution nous ont été légués par les San (appelés autrefois Bochimans), des chasseurs-cueilleurs qui vivaient ici il y a 2000 ans. Cet extraordinaire bestiaire représente notamment la girafe, l’élan, le koudou et surtout des rhinocéros. Parmi les grottes qui valent la visite, relevons : Nswatugi, White Rhino Shelter, Mambata et Pomongwe. À côté de cette dernière est installé un petit musée où sont exposés des objets archéologiques exhumés dans la région.  

World’s View

La vue la plus impressionnante sur l’énigmatique paysage du Matobo se découvre du sommet du Malindidzimu (colline des esprits) également appelé World’s View (vue du monde) : c’est le lieu idéal où s’attarder en fin d’après-midi pour admirer le coucher du soleil qui semble enflammer les blocs de granit. Cecil Rhodes aimait particulièrement cet endroit où il fut enterré en 1902. Sa stèle commémorative se trouve entre d’énormes pierres rondes.

 

Le Parc National des Monts Matobo

Situé au sud est du Zimbabwe, à proximité de la ville de Bulawayo, le parc national des Monts Matobo a été créé en 1953 afin de préserver une nature particulière et la culture des San. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2003, le parc, d’une superficie de 4 000 km², comprend une réserve naturelle où l'on peut effectuer des safaris, ainsi que le lieu dit View of the World où est enterré Cecil Rhodes, fondateur de la Rhodésie, l’actuel Zimbabwe.

Le paysage du Matobo est spectaculaire : il se compose d’énormes amoncellements de blocs de granit aux teintes rouge-brun. On appelle ces pierres balancing stones parce qu’elles sont empilées de manière tellement invraisemblable qu’elles donnent l’impression de se balancer ou de vaciller.

De tous les panoramas qu'offrent les différents parcs du Zimbabwe, ceux du Matobo National Park sont sans conteste les plus impressionnants. Paysages sculptés depuis des millions d'années par le travail conjugué du vent, des précipitations et de la chaleur, une immense masse de grès s'est peu à peu transformée en un curieux empilement d'énormes roches, tenant en équilibre comme par magie et traversé de plaines herbeuses. Des peintures rupestres attestent de la présence des Sans (Bochimans) depuis 40 000 ans. Les monts Matobo sont toujours utilisés comme lieux sacrés par la communauté locale pour réaliser leurs activités économiques, sociales et traditionnelles.

En Ndebele, langue locale, le nom de Matobo veut dire tête chauve, de la forme granitique de roches amoncelées qui caractérise les collines de cette région du Zimbabwe. Formées il y a des millions d’années par l’érosion, elles s’étendent à perte de vue et offrent d’infinies possibilités de randonnées.

La réserve de Whovi Wild Aera

Une partie des monts Matobo est dédié au Parc naturel des Monts maboto, d’une superficie de 44 500 hectares, lieu parfait pour réaliser des safaris. Le parc compte une forte population de rhinocéros blancs et noirs, ainsi qu’une faune diversifiée : zèbre, gnou, koudou, girafe, antilope sable, oréotrague, hyène, guépard, hippopotame, léopard, antilope duiker, crocodile, waterbuck, babouin et singe grivet, mais aussi 300 espèces d'oiseaux, dont le très rare hibou-aigle du Cap, l'aigle faucon ou l'aigle noir de Verreaux. C’est surtout pour observer les rhinocéros de près que l’on y vient. On peut en effet les pister à pied, accompagné d’un ranger. L’expérience est vraiment spectaculaire car, grâce à l’expérience du guide, vous pourrez approcher les rhinos à moins de 15m. Certains ont eu leurs cornes coupées afin de les préserver des braconniers mais leur approche reste spectaculaire.

Les peintures des San

Le parc protège de nombreuses grottes et roches décorées de peintures. Ces 3000 dessins d’une grande finesse d’exécution nous ont été légués par les San (appelés autrefois Bochimans), des chasseurs-cueilleurs qui vivaient ici il y a 2000 ans. Cet extraordinaire bestiaire représente notamment la girafe, l’élan, le koudou et surtout des rhinocéros. Parmi les grottes qui valent la visite, relevons : Nswatugi, White Rhino Shelter, Mambata et Pomongwe. À côté de cette dernière est installé un petit musée où sont exposés des objets archéologiques exhumés dans la région.  

World’s View

La vue la plus impressionnante sur l’énigmatique paysage du Matobo se découvre du sommet du Malindidzimu (colline des esprits) également appelé World’s View (vue du monde) : c’est le lieu idéal où s’attarder en fin d’après-midi pour admirer le coucher du soleil qui semble enflammer les blocs de granit. Cecil Rhodes aimait particulièrement cet endroit où il fut enterré en 1902. Sa stèle commémorative se trouve entre d’énormes pierres rondes.

Partager :